La Loge

De l'Union Lozérienne des origines...

La Respectable Loge L'Union Lozérienne a été créée en 1879 à Florac, sous-préfecture du département de la Lozère, avec l'appui du pasteur Frédéric Desmons, à l'époque conseiller de l'Ordre du Grand Orient de France et député radical du Gard, et avec le concours fraternel de la Respectable Loge alésienne L'Etoile des Cévennes

L'Union Lozérienne était originairement une loge d’inspiration populaire et républicaine, fortement impliquée dans les débats politiques et sociaux de son temps.

Au Congrès maçonnique international organisé à Paris des 16 et 17 juillet 1889 pour le centenaire de la Révolution française, voici ce qu'on peut lire dans un compte rendu de séance :

"En Lozère, dès 1783, on avait senti la nécessité de l'institution maçonnique en face des exactions et de l'intolérance du comte-évêque de Gévaudan. Les plus nobles familles de la province, comme celle des de Retz, ne dédaignaient pas de rechercher l'initiation maçonnique et plus d'un des défenseurs du trône et de l'autel, dans cette partie de la France, comme dans beaucoup d'autres, serait surpris de retrouver parmi ses ancêtres ces Francs-Maçons qui ont fait la révolution française. (Applaudissements).

Depuis cette époque reculée, la lumière maçonnique s'était éteinte à l'Orient de Mende. La Loge Les Bonnes Moeurs s'était épuisée dans son effort en faveur de l'oeuvre révolutionnaire. Mais L'Union Lozérienne a rallumé le flambeau, il y a onze ans, secondée par les Orients voisins et sous l'influence bienfaisante du Très Illustre Frère Desmons, dont l'action discrète mais toujours influente, se saisit là comme partout où il y a à réédifier un temple maçonnique. La modestie du Frère Desmons m'interdit de lire ces pages émues où nos Frères de Mende lui rendent un si beau témoignage. Qu'il sache seulement qu'on lui a réservé à Mende, comme à Moulins, comme partout, sa part de responsabilité dans tout le bien que font les Ateliers dont il a assuré la création ou le réveil. (Vifs applaudissements.)

Quant à L'Union Lozérienne, elle entretiendra soigneusement la lumière qui lui a été confiée et, grâce à elle, on dira de la Lozère ce qu'on dit déjà de Mende : Tenebrae eam non comprehenderunt, les ténèbres ne l'ont pas entourée." (1)

La loge n'a pas hésité par exemple à s'extérioriser et à afficher publiquement dans la presse son soutien au gouvernement républicain de Pierre Waldeck-Rousseau (cf. le communiqué ci-dessous publié dans le quotidien national La Lanterne le 20 octobre 1899).


En 1884, elle choisit de quitter Florac et de se réunir à Mende, chef-lieu du département. De là, elle participa activement à l’installation de l’école publique en Lozère, dans le climat particulièrement tendu que connut alors le département. Elle a bien entendu soutenu la loi du 9 décembre 1905 relative à la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Elle disparut après la Première guerre mondiale en 1924.


... à L'Union Lozérienne actuelle

En 2013, soit 90 ans après sa fermeture, les travaux de la Respectable Loge L'Union Lozérienne ont repris force et vigueur à l'initiative de francs-maçons issus de diverses loges languedociennes du Grand Orient de France (Agde, Alès, Mende, Montpellier, Nîmes et Saint-Chinian) et qui ont eu le désir de fonder ensemble un atelier dans le sud du département.

Suite à ce réveil, la Loge a pris comme titre distinctif L'Union Lozérienne 6013 (2)

Elle a été officiellement installée et intégrée au Grand Orient de France le 1er février 2014.

Elle travaille au rite français et se réunit au moins une fois par mois.

Elle est ouverte à tous les hommes de bonne volonté, soucieux de progrès social, intellectuel et moral.

  _____________

Notes :

(1)  Congrès maçonnique international du Centenaire, 1789-1889, compte rendu des séance du Congrès et discours, réimpression sous la direction de Daniel Ligou, éd. Champion - Slatkine, Paris - Genève, 1989, pp.114 et 115. Précisons que cette prose est d'époque et que, conformément à l'opinion commune d'alors, tous les francs-maçons - comme leurs ennemis d'ailleurs - pensaient que la franc-maçonnerie avait été à l'origine de la Révolution française. Or, les recherches historiques effectuées depuis, ont clairement démontré que la franc-maçonnerie n'avait jamais favorisé directement ou indirectement à la Révolution. Il y a eu des francs-maçons parmi les révolutionnaires et parmi les tenants de l'Ancien Régime. Ainsi, de très nombreuses loges ont interrompu leurs activités de 1789 à 1801. La Révolution française, qui résulterait d'un "complot maçonnique", fait donc partie des légendes qui ont la vie dure.

(2) 6013 correspond à l'année 2013 dans le calendrier maçonnique
Sous-pages (3) : Le rituel Les symboles L'initiation